16 février 2007

Oracles, ô désespoir

Cette année, j’irai voter pour la quatrième fois à une élection présidentielle.

En 1988, le droit de vote fraîchement acquis, jeune et fougueux, attiré par les thèses marxistes mais rejetant aussi le parti communiste (représenté cette année là par l’apparatchik André Lajoinie) que j’estimais complice de l’empire soviétique (le mur de Berlin, n’était pas tombé), détestant Lutte Ouvrière dont j’avais vu les membres noyauter de l’intérieur les manifestations anti Devaquet auxquelles, du reste, je n’avais pas participé, je décidais de voter Pierre Juquin, communiste réformateur. D’ailleurs dans ma classe (j’étais en terminale), beaucoup votaient Juquin. Ce dont je me souviens, c’est qu’il préconisait les 35 heures. Et puis c’est tout. Il a fait 2%. Au deuxième tour, j’ai voté Mitterrand.

En 1995, je n’étais plus du tout marxiste, mais toujours sensibilisé aux thèses de Gauche. Néanmoins, Jospin m’attirait peu. En revanche les thèses d’écologie beaucoup plus, et j’ai donc voté pour la jeune Dominique Voynet, qui prévoyait à l’époque, le passage aux 35 heures. Elle a fait 3 et quelques pourcents. Au deuxième tour j’ai voté Jospin.

En 2002, je trouvais le bilan de Jospin plutôt positif, n’avait-il pas réalisé les 35 heures, mesure qui visiblement me tenait à cœur (cf. plus haut) ? Néanmoins, je trouvais sa campagne assez nulle, et je le trouvais, lui, très tiède sur les « sujets de société » notamment sur le mariage homosexuel. Un temps tenté par l’incontournable Noel Mamère, bien plus moderne, j’ai quand même voté Lionel Jospin. Pour récompenser le seul qui avait à peu près tenu ses promesses pré électorales (les 35heures, encore elles, mais aussi les emplois jeunes et le pacs étaient dans le programme de 1997) bien que sa fin de mandat fût laborieuse, mais aussi car je sentais poindre le danger Le Pen, un sondage le donnant à 14,5% un autre donnant Jospin à 16%.  Au deuxième tour, j’ai voté Jacques Chirac.

 

Conclusion : je n’ai jamais voté au premier tour pour un candidat qui s’est retrouvé au second. Du coup, je me demande si, mû par quelques absconses superstitions, je ne vais pas aller voter Bayrou.

Posté par 2007sanssarko à 16:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur Oracles, ô désespoir

  • Bayrou ?

    Personnellement je suis de gauche, plutôt vert que PS. Si le discours de Bayrou peut me plaire parfois, je ne peux le dissocier de son passé. Je trouve que ce discours est politiquement correct, ne heurte personne, et finalement ne veut rien dire. J'avais cru, il y a quelques mois qu'il s'était détaché des cathos de l'UDF et s'était prononcé pour une égalité des droits en faveur des gays et lesbiennes, ces propos sont il me semble aujourd'hui aux oubliettes. bref bayrou, pas pour moi ... Eric

    Posté par RaoulTheCat, 16 février 2007 à 22:53 | | Répondre
  • Votez utile SVP!

    Je me permets, sans aucune forfanterie de ma part, de vous inviter à consulter mon blog personnel.
    Vous y trouverez peut-être des raisons de votre utile dès le premier tour pour être sûr de ne pas avoir à votre sarkozy au deuxième tour.
    Bonne lecture...

    jf.

    Posté par Jacques, 17 février 2007 à 18:02 | | Répondre
  • mon premier vote, celui de 2002, s'est fait au profit de la candidature verte... j'hesite encore...
    voter utile?
    voter par conviction?

    Posté par roi bourdieusien, 19 février 2007 à 14:15 | | Répondre
  • TOUT SUR MAMERE

    Beaucoup moins transparent qu'il ne le prétendait le père Noël...

    D'autres révélations croustillantes et inédites demain 2 Mars sur le blog www.thedino.org

    L'article s'intitule "ENCORE DES POSTICHES"

    Bisous,

    Posté par Robertonderson, 01 mars 2007 à 22:58 | | Répondre
Nouveau commentaire