29 janvier 2007

Présidentielles : qui passera son tour?

Trois mois avant l’échéance, nous avons déjà vu que les sondages n’étaient pas vraiment en mesure de nous donner des résultats fiables. Ces derniers jours, la relative baisse de Ségolène, la remontée de Bayrou, et, dans une moindre mesure de Besancenot, le retrait de Hulot et la candidature probable de Bové pourraient permettre d’affiner des pronostics. Or, la seule chose que nous pouvons prévoir, c’est que rien n’est joué.

Comment croire en effet que Le Pen ne dépasse pas 11 % ? Cela voudrait dire que Sarkozy a attiré un certain nombre d’électeurs du Front National. Des électeurs par définition volatiles qui peuvent retourner dans leur vote d’origine en cas de recentrage trop prononcé de la campagne du candidat de l’UMP. Si l’on note, de plus, que Le Pen va attirer un certain de primo votants, notamment dans la population issue de l’immigration (Voir le Marianne de cette semaine), on sent bien que son score présumé est sous évalué. Ou pas. C’est tout le problème. D’autant que nous ne savons toujours pas si Nicolas Dupont d’Aignan aura ses signatures et si De Villiers est susceptible de piquer des voix à Le Pen.

On peut néanmoins penser que Le Pen fera de10 à 20 %

De même la montée de François Bayrou est très fragile. S’il semble attirer des déçus du Ségolènisme, certains rentreront  peut-être dans le giron après l’annonce du programme. D’autres, déçu du Sarkozysme pourraient très bien grossir les rangs de ses partisans. Dès lors, il s’agit du candidat qui a la plus forte amplitude de suffrages éventuels au premier tour. En gros de 6 à 20%. Peut-être même plus.

Il me paraît ridicule en revanche de penser que les deux candidats favoris totalisent à eux seuls plus de 60% des suffrages. Sarkozy semble toutefois avoir un bon socle, et, à défaut d’une candidature « Chiraquienne » il paraît peu probable qu’il descende en dessous de 22%. A moins que le vent des bourdes souffle dans sa direction. Ségolène Royal quant à elle peut descendre beaucoup plus bas. Car ses électeurs potentiels peuvent se reporter aussi bien sur Bayrou que sur Voynet, et, plus chichement, sur Buffet, Bové et Besancenot. Néanmoins, le précédent du 21 avril, et un rappel au vote utile devrait limiter les dégâts. 18 % me paraît un plancher déjà dangereux.

Reste que quatre candidats sont susceptibles d’aller au second tour, l’absence de candidature unitaire de la gauche antilibérale excluant l’avènement de la « France du non ».

Examinons donc les 6 possibilités du deuxième tour :

Sarkozy-Royal

Demeure l’hypothèse la plus probable en tout état de cause. A cause essentiellement du 21 avril 2002. Cependant en Janvier 1995 Balladur était encore au second tour. Donc méfiance.

Sarkozy-Bayrou

Hypothèse qui n’est pas à écarter en cas de chute spectaculaire de Ségolène Royal. Si ce dévissage intervient dans les toutes dernières semaines de

la campagne. Si après l’annonce du programme, c'est-à-dire fin février, Royal est à 18 ou 15%, il faut s’attendre à un changement de candidat, genre un appel à Jospin.

Sarkozy-Le Pen

Hypothèse très peu probable. Fort heureusement. Sauf abstention massive (une participation à hauteur de 65-68% par exemple)

Royal-Le Pen

Ce cas de figure était plus envisageable il y quelques mois que maintenant. Encore qu’un trop fort recentrage de Sarkozy, doublé d’une actualité « sécuritaire » comme en 2002, pourrait radicaliser une partie de l’électorat de Sarko.

Royal-Bayrou

L’hypothèse la moins probable. A moins d’une disparition physique de Nicolas Sarkozy. Ou bien un total pétage de plomb de ce dernier.

Bayrou-Le Pen

L’hypothèse la plus farfelue sur le papier. Et pourtant un rejet total du match annoncé Sarko-Sego pourrait donner cette tête d’affiche inédite. Cela créerait une soirée électorale bidonnante, imaginez seulement la tête des journalistes.

Quoiqu’il en soit, hormis le duel attendu, tous les autres cas de figure se joueraient autour de 20%. Le taux d’abstention sera une fois de plus décisif. Et les sondages à analyser qu’avec la plus grande précaution.

 

 

Posté par 2007sanssarko à 19:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires sur Présidentielles : qui passera son tour?

  • et à combien tu l'évalue le taux d’abstention, du coup?

    Posté par un mec d'AF, 02 février 2007 à 13:30 | | Répondre
  • Aucune idée

    C'est très difficile à déterminer. Le 21 avril l'astention n'atteignait pas 30%. Ce qui était beaucoup pour une élection présidentielle mais peu en regard des autres élections.
    3 mois àl l'avance je ne me prononcerai pas. Raison pour laquelle touts les cas de figure sont envisageables.

    Posté par 2007sanssarko, 02 février 2007 à 13:37 | | Répondre
  • en réponse !

    Il vaudrait mieux lire, ce qui est écrit ici ou là sur le net. c'est très interessant. par contre c'est complètement à l'inverse de ce que vous pensez....
    2e tour des présidentielles 2007 Sarkozy/ Le Pen ou la fin de la Ve République
    Il y aura peut-être une femme au deuxième tour des élections présidentielles de 2007, mais ça sera Marine Le Pen... Elle sera évidemment opposée à Sarkozy, ce qui ne surprendra personne... La gauche, elle sera divisée entre les candidatures des verts, PC, PS (peut-être au pluriel !), MDC, PRG, LO, LCR, PT et autres candidats altermondialistes qui ne manqueront pas de jouer les héros de quelques semaines médiatiques. Sa seule chance, ce serait que Bayrou prenne assez de voix à l'UMP. Mais il risque d'en prendre plutot au PS, vu qu'il incarne encore mieux qu'eux l'opposition parlementaire. En bref, le 2e tour des présidentielles en France en 2007 risque d'opposer le pen à sarko. Va t-on devoir rejouer le même scénario ? Donner 80% de voix à Sarko pour sauver la démocratie ? Puis subir ensuite de nouvelles restrictions de nos libertés et de nos droits sociaux pendant 5 ans ! ! NON, une telle situation risque de produire une vraie grave crise politique en France, c'est-à-dire des émeutes (des vraies, pas que des voitures qui brulent) des grèves insurrectionnelles (pas 24h et puis on retourne au boulot) et une explosion de mécontentement qui ne se limitera pas à quelques tags anti-pubs dans le métro, mais plutot par des violences exacerbées. En 2002, les législatives devaient avoir lieu avant les présidentielles. Jospin, tellement sûr de son coup, avait inversé le calendrier, conférant au président un pouvoir bien supérieur à celui des parlementaires. C'est Chirac qui s'est taillé la part du lion, et l'UMP, qui représente 16% de l'electorat, fait la loi en France. Sarkozy rêve de renforcer l'exécutif. Il se voit déjà en petit godillot du peuple français jouant les de Gaulle et les Bonaparte. Pour rien au monde il n'inverserait le calendrier électoral, faisant dépendre ainsi le président du parlement et non l'inverse. Peut-être même rêve-t-il d'un 2e tour contre Le Pen, pour passer pour le héros de la démocratie, après avoir contribué au développement du populisme. Mais il ignore que ce scénario va se jouer non seulement contre lui, mais contre toute la France, à commencer par la sécurité quotidienne de son peuple qui perdra du jour au lendemain le peu de confiance et de foi qu'il lui restait dans son modèle démocrate. La solution serait de mettre fin au régime présidentiel et de faire de la France un régime parlementaire (comme la plupart de ses voisins européens). Mitterand ne l'a pas fait, Chirac non plus, pas plus Jospin ou Sarkozy... Ces deux derniers vont en payer les conséquences, mais à moindre prix que nous ! Espérons que nous ayons le sang froid au mois de mai 2007 pour aller réclammer pacifiquement la fin de l'exécutif dans les mains d'une seule personne et donner davantage de pouvoirs à nos représentants directs. Mais la France est un pays dont les régimes ne changent que dans la violence. Espérons que l'armée, coupée à présent du peuple, nous mette à la tête du pays un dictateur pas trop sanguinaire...
    Je pense que dans le discours il n'y a pas de différence. Dans les actes après 2007 il pourra y en avoir.

    Il faut bien comprendre qu'on a un grave problème qui est plus ou moins passé sous silence par les médias et les instances politiques. Mais Le Pen en 2002 a gagné plus de 700 000 voix entre le 1er et le 2ème tour.
    1er tour il avait 4804713 voix et 2ème tour 5525032.
    Alors bien sûr on ne nous parle que des 80% de M. Chirac et on essaie de ridiculiser la défaite de JMLP. Mais à mon avis le vrai vainqueur de 2002 c'est JMLP.
    Que va-t-il se passer en 2007, JMLP au 1er tour pourrait facilement obtenir 20% des voix, largement devant tous les autres candidats.

    Je pense que M. Sarkosy n'est peut-être qu'un pantin destiner à rallier les gens qui sont à la limite de l'indécision et le vote à Le Pen.
    Un peu comme JP Chevenement qui sous la forme d'un national socialiste (attention ne pas prendre ça au sens péjoratif, je ne l'accuse pas d'être nazi!!!) essayait d'attirer le nombreux électorat de gauche qui part à chaque 1er tour voter pour le FN.
    Sarkozy s'il est élu en 2007 se calmera aussi bien dans ses actes que dans ses propos (ça ne veut pas dire qu'il virera au socialisme , il restera campé dans une bonne politique de droite). Pour Le Pen rien n'est moins sûr. Lui risque fortement de mettre en pratique ce qu'il promet depuis des années!!!
    _________________
    On ne peut pas dire la vérité à la télé : il y a trop de monde qui regarde.....
    a bon entendeur...

    Posté par tatayet, 09 février 2007 à 00:25 | | Répondre
Nouveau commentaire